Sections
Accueil UNamur > Nouvelles > Jeune chercheur namurois primé par la Spatial Econometrics Association
Nouvelle

Jeune chercheur namurois primé par la Spatial Econometrics Association

Nicolas Debarsy, chercheur (Aspirant FNRS) au Centre de recherches en Économie Régionale et Politique Économique (CERPE) a reçu l'Award of the Best Young Spatial Econometrician's Paper, de la Spatial Econometrics Association (SEA), qui salue à la fois l’originalité de la recherche effectuée et sa pertinence pour la profession.

Décerné lors de la conférence annuelle de cette association mondiale de l’économétrie spatiale (Toulouse, 6, 7 et 8 juillet derniers), ce prix récompense Nicolas Debarsy pour son article et l’encourage dans sa voie de recherche en lui montrant que sa thématique est porteuse d’intérêt.

L’économétrie spatiale désigne les méthodes statistiques permettant la prise en compte des interactions entre individus. Par individus, on entend des pays, régions, firmes, ou plus généralement, des observations pouvant être  localisées. Par exemple, en matière de politique économique, les interactions entre pays doivent être prises en compte : une illustration de ceci est la situation politique en Afrique du Nord où l’exigence de davantage de démocratie qui débuta en Tunisie s’est propagée aux nations avoisinantes.
Bien qu’il soit conceptuellement simple de considérer la présence de corrélations entre individus, leur prise en compte formelle nécessite des outils spécifiques, qui explicitent le schéma d’interactions supposé entre les observations et estiment empiriquement le degré de corrélation existant.

Méthode novatrice

La contribution du chercheur namurois, intitulée The Mundlak approach in the spatial Durbin panel data model, définit une méthodologie permettant de comparer différentes visions du monde (théories économiques ou politiques) qui intègrent, en plus de la présence d’interactions, l’effet, sur la variable expliquée, d’éléments explicatifs invariants dans le temps. 

Cette méthode permet par exemple d’étudier les déterminants des prix des maisons au niveau communal en Belgique. Il est en effet important pour une telle étude de pouvoir considérer une corrélation des prix de l’immobilier entre différentes communes (par exemple, les prix des maisons dans les communes du Brabant sont généralement plus élevés que ceux dans celles du Hainaut) mais également des variables (telles la densité de population ou le revenu par habitant) variant au cours du temps et des caractéristiques (telle l’attractivité de la commune, mesurée par différents indices de bien-être) pouvant, à court et moyen termes, être considérées comme constantes.

Partager :