Sections
Accueil UNamur > Nouvelles > Marie Morandini et Hélène de Lavelye, avocats de la défense de l’UNamur !
Nouvelle

Marie Morandini et Hélène de Lavelye, avocats de la défense de l’UNamur !

Marie Morandini et Hélène de Laveleye ont été sélectionnées pour représenter la Faculté de droit de l’UNamur au concours interuniversitaire de procès simulé en droit international humanitaire organisé par la Croix-Rouge le 15 mars à Bruxelles. Le jury namurois a salué leur maîtrise du droit international humanitaire et la justesse de leur argumentation. Le public a, quant à lui, décerné un prix à Adrien Kariger. Un choix difficile, tant les étudiants ont été, selon le jury, excellents.

La tension est palpable dans la salle de la Cour d’assises du palais de justice namurois ce jeudi 9 février. Les avocats et les représentants du procureur sont nombreux. Les membres du jury sont attentifs. Il faut dire que l’affaire est d’importance…

Plongés dans le décor de la Cour d’assisse, vêtus d’une toge, les étudiants de Bloc 3 plaident pour la première fois. A partir d’un cas fictif, ils doivent qualifier la situation (tensions internes, conflit armé interne ou conflit armé international), qualifier les faits selon le droit international humanitaire (en crimes de guerre, voire en génocide ou crimes contre l’humanité) et, enfin, examiner l’imputabilité de ces crimes à l’accusée pouvant conduire à un verdict d’acquittement ou de culpabilité. 

Le jury, composé de professeurs et d’assistants, juge, non pas de la culpabilité de l’accusée, mais bien de la justesse de l’argumentation, de la force de conviction et de l’éloquence des étudiants.

Une expérience très riche pour les étudiants

Pour Nathalie Colette-Basecqz, professeur de droit pénal, et Elise Delhaise, assistante, ces expériences basées sur le jeu de rôle répondent à des objectifs précis d’apprentissage : aborder le droit international humanitaire de façon plus concrète, familiariser les étudiants avec les acteurs du procès et les règles de procédure, appliquer les textes juridiques à un cas concret, susciter l’autonomie chez l’étudiant et encourager l’esprit d’équipe. Le jeu de rôle permet également aux étudiants de développer des compétences personnelles indispensables à l’exercice de leur future profession : l’éloquence, la structuration de leur exposé, la justesse de l’argumentation, l’utilisation de termes appropriés, l’art de convaincre, le respect du timing.

Et déjà quelques vocations…

La Faculté de Droit namuroise participe depuis 2009 à ce concours interuniversitaire de procès simulé. Un exercice qui a déjà suscité quelques vocations en Droit International Humanitaire. Certains étudiants ont, par exemple, effectué un stage à l’ONU ou à la Cour Pénale Internationale. D’autres ont créé un kot-à-projet dont l’objectif est de faire connaître le droit international humanitaire (DIH) sur le campus via des actions de sensibilisation et d’information.

 

 

Partager :