Sections
Accueil UNamur > Nouvelles > Chaire Francqui internationale : Accès à la justice & vulnérabilité
Nouvelle

Chaire Francqui internationale : Accès à la justice & vulnérabilité

C’est votre dernière chance ! La spécialiste des vulnérabilités, Diane Roman (professeure à l’Université François Rabelais à Tours et membre de l’Institut universitaire de France) donnera sa dernière conférence dans le cadre de la chaire Francqui internationale de la Faculté de droit de Namur, le lundi 8 mai à 18h, à l’Auditoire Pierre Maon (Rempart de la Vierge 5, B-5000 Namur). Son analyse transversale, pointue et argumentée de l’évolution du droit sous l’angle des vulnérabilités, interroge notre vision de la société et notre pratique professionnelle.

Spécialiste reconnue au niveau international, Diane Roman a, au cours de différentes leçons, partagé sa vision de l’évolution du droit, du droit de la famille, du droit social et du droit médical (synthèses et présentations http://www.unamur.be/droit/chaire-francqui-diane-roman). A travers des exemples concrets de décisions de justice, elle a interrogé la notion de consentement. Elle a dénoncé les inégalités de genre, la dérégulation du droit du travail, l’affaiblissement du système de protection sociale, la vision paternaliste du droit de la santé. Elle a inspiré des solutions vers une société plus juste en s’appuyant sur les théories de la vulnérabilité et l’éthique du care.

Accès au droit et à la justice & vulnérabilité

Ce lundi 8 mai, elle conclura la chaire Francqui par la question centrale de l’accès au droit et à la justice. La leçon visera à souligner la complexité de l’accès au droit, notamment en raison de la dématérialisation des services publics et du recours croissant aux TICs. Elle visera également à réfléchir aux différentes solutions qui tendent à renforcer l’accompagnement de la personne et l’accès à l’information.

Dans le champ contentieux, la question de l’adaptation du procès à la vulnérabilité des justiciables sera également évoquée. L’exemple des contentieux sociaux sera privilégié même si le contentieux pénal pourra être étudié (ex. de la violence domestique ou de la radicalisation).

Partager :