Sections
Accueil UNamur > Nouvelles > Le modèle namurois d’accompagnement des spin-offs : un atout pour les chercheurs
Nouvelle

Le modèle namurois d’accompagnement des spin-offs : un atout pour les chercheurs

Aider les chercheurs à lancer leur propre entreprise, c’est l’ambition du programme FIRST Spin-off (FSO) créé il y a maintenant 20 ans par le SPW | Recherche. Un pari réussi puisque près de 100 sociétés et plus de 700 emplois ont été créés grâce à ce programme.

Du côté du financement et de l’accompagnement de ses spin-offs, l’Université de Namur fait figure de bonne élève. Et ce grâce aux excellentes relations qu’elle entretient avec la société d’investissement Namur Invest, dont les interventions s’adressent aux PME de la Province de Namur.

160 entreprises accompagnées

Il existe en Région Wallonne 9 « Invests Wallons » pourvus des mêmes leviers financiers. L’intérêt d’en avoir 9 est que chaque société peut s’adapter aux particularités de son territoire et tisser avec les acteurs locaux des relations privilégiées, au bénéfice des porteurs de projets et des PME. Et aussi de se poser comme partenaire de proximité, et interlocuteur direct, auprès des entrepreneurs.

Pour la province de Namur, l’Invest concerné est Namur Invest. Issu d’un partenariat public-privé, son portefeuille s’élève à environ 75 millions d’euros. Auxquels vont s’ajouter dans les 2 ou 3 ans à venir environ 25 millions, principalement grâce au Fonds européen de développement régional (FEDER).

A ce jour, Namur Invest finance environ 160 entreprises. Les spin-offs de l’UNamur Fytofend, QUALIblood, BioX Diagnostics, et Nanocyl font notamment partie des entreprises financées et accompagnées par Namur Invest.

« Mais notre rôle va au-delà d’un simple bailleur de fonds, précise Pierre Cara, Senior Investment Analyst chez Namur Invest. Nous tissons un réel partenariat avec l’entreprise. Une fois créée, nous accompagnons et conseillons sur le long terme les porteurs de projet, et accompagnons l’entreprise dans sa croissance ».

Une association en amont

Dans le cas des spin-offs issues de l’UNamur, Namur Invest intervient bien avant leur création :

« Nous faisons en effet partie des comités de parrainage des projets FSO. De cette manière, nous soutenons le développement du projet dès le départ. L’Administration de la Recherche de l’UNamur nous associe également au suivi des projets qui sont dans les cartons ou susceptibles de déboucher sur la création d’une spin-off» stipule Pierre Cara.

S’associer aux projets en amont permet à Namur Invest de très rapidement orienter, conseiller, et apporter une dimension business au projet de recherche. La complémentarité et la synergie avec l’accompagnement de l’Administration de la Recherche de l’UNamur est réelle.

« L’énergie en termes d’accompagnement que l’on mettra dans une jeune entreprise comme une spin-off sera évidemment plus importante que pour une entreprise confirmée ou structurée. Nous siégeons en règle générale au Conseil d’Administration de celle-ci, même si ce n’est pas une règle absolue. Mais nous apportons une grande attention à la gouvernance de l’entreprise. Cela rassure et conforte généralement les scientifiques à l’origine du projet, ceux-ci n’étant pas toujours familiarisés avec certaines matières comme le suivi du plan de croissance, l’organisation du Conseil d’administration, ou encore les mécanismes de financement utiles à leur croissance ».

UNamur Venture, un fonds propre aux spin-offs

Logo UNamur VentureCes dernières années, l’encadrement financier des spin-offs de l’UNamur a été optimisé par les bonnes relations entre les différents acteurs de terrain (BEP, incubateurs, Namur Invest). Mais aussi grâce à la création du fonds UNamur Venture, créé en commun il y a 2 ans par Namur Invest et l’université.

Son but : financer le lancement de projets de spin-offs de l’Université de Namur. QUALIblood, fondée l’année passée, a été la première à bénéficier de ce fonds via une intervention en capital de 54 000 €.

« On ne se définit cependant pas comme des investisseurs purs et durs qui chercheraient à s’assurer une porte de sortie ou un retour sur investissement le plus rapide possible. On préfère s’inscrire dans une dynamique de partenariat et d’accompagnement » insiste Pierre Cara.

« Il est nécessaire de rappeler aux scientifiques namurois que nous sommes là, qu’il existe des outils, des structures, destinés à les aider dans l’aventure entrepreneuriale ».

 

Voir aussi le site Spin-offs de Wallonie

Contact : ADRE - Cellule financements - nathalie.malengreau@unamur.be
Plus d'info : https://www.unamur.be/recherche/services-adre/financements
Partager :