Sections
Accueil UNamur > Nouvelles > L’Europe investit massivement dans l’étude des matériaux à 2 dimensions
Nouvelle

L’Europe investit massivement dans l’étude des matériaux à 2 dimensions

Content Image

Graphene

Le graphène, matériau de nos futures technologies : les professeurs Luc Henrard et Philippe Lambin y travaillent !

Découvert il y a seulement quelques années, le graphène intéresse beaucoup le monde scientifique et industriel. Ce matériau, composé d’un plan de graphite (le même que nous retrouvons au bout des crayons), a ouvert des possibilités insoupçonnées pour une nouvelle classe de matériaux : les matériaux à 2 dimensions. Ces derniers offriraient de nombreuses perspectives technologiques.

C’est en tout cas ce que cherche à évaluer le consortium Européen H2020 « Graphene Flagship », auquel participent les professeurs Luc Henrard et Philippe Lambin, du département de physique de l’UNamur.

10 ans de recherche, 1 milliard d’euro

Financé à hauteur d’un milliard d’euro pour 10 ans, le « Flagship » investit dans plusieurs champs de recherche. Celui sur le graphène s’est développé en plusieurs phases en étudiant divers problématiques.

La 3e phase, intitulée « Graphene-based disruptive technologies », projet GrapheneCore1*, vient de se clôturer. Divisée en 19 workpackages, les 150 partenaires européens s’y sont partagés des tâches.

« Prendre part à un projet de cette envergure a été intéressant pour établir un réseau de partenaires. Il nous a aussi offert la possibilité d’un retour régulier sur nos travaux, en démontrant l’intérêt scientifique et technologique d’aller plus loin dans certaines problématiques » explique Luc Henrard, responsable du projet pour l’UNamur.

Philippe Lambin et son équipe se sont penchés sur les propriétés électroniques des matériaux à deux dimensions et leurs défauts. Quand celle de Luc Henrard a travaillé sur deux tâches liées à la standardisation.

Article complet sur les Actus de la recherche.

Partager :