Sections
Accueil UNamur > Nouvelles > L'Europe vise une innovation responsable
Nouvelle

L'Europe vise une innovation responsable

Introduire la réflexion éthique dans les processus d’innovation : tel est l’objectif d’un projet de recherche européen coordonné par Philippe Goujon, professeur à la Faculté d’informatique de l’Université de Namur.

Ce projet « Governance of REsponsible innovATion » (GREAT) réunit plusieurs partenaires autour de l’UNamur : l’Université d’Oxford, l’Université Montfort (UK), l’Université nationale d’Irlande, le VTT Technical Research Centre of Finland, l’Université Paris Descartes et la société Signosis (Belgique). Il a été lancé lors d’un colloque scientifique ces 4, 5 et 6 février dans les locaux de la Commission européenne à Bruxelles.

« À la fois, l’Union européenne veut éviter de se retrouver face à des scandales tels que ceux de la dioxine ou de l’amiante et la population actuelle est très attentive aux enjeux des innovations technologiques (elle réagit et demande des comptes) » explique le professeur Goujon. « Du côté des chercheurs et des industriels également, il y a la nécessité de communiquer, de justifier, d’être responsable... Donc aujourd'hui tout le monde s’accorde pour dire que si l’innovation est essentielle à la vie économique et à la bonne santé d’un pays, elle ne peut se faire sans en mesurer les implications sociales et éthiques ».

Des pistes pour l’Union européenne

Dans ce contexte, l’objectif de GREAT est de dresser un état des lieux des conceptions de l’innovation responsable en Europe, afin de dresser une typologie et une analyse critique de ces dernières. Cette grille servira ensuite d’outil diagnostic pour plusieurs projets de recherche. Il s’agira alors de proposer à la Commission européenne des pistes de solutions destinées à dépasser les limites identifiées, et à définir une innovation qui intègre davantage la réflexivité éthique et les attentes de la société.

Réseau mondial, modèle unique

Philippe Goujon est partenaire d’un autre projet européen également lancé début de ce mois et consacré à l’innovation responsable : « Global Model and Observatory for International Responsible Research and Innovation Coordination ». L’objectif est de définir un modèle d’innovation décrivant les recommandations, les moyens et les structures pratiques nécessaires pour intégrer le souci de responsabilité dès les prémices d’un projet de R&D et permettre l’interaction, fondamentale, entre la société, la recherche et le développement industriel.
Ce modèle devrait être applicable dans la plupart des pays (y compris non-européens), des universités et entreprises issues des quatre coins du monde participant au projet. Citons, entre autres : Fraunhofer IPK (Munich, coordinateur), une société dédiée à la promotion de la recherche appliquée, l’UNamur, l’Université d’Oxford, l’Université du Chili, l’Université de Sienne, l’Université Malaysia Sarawak et l’Institut technologique Kyushu (Japon).

Plus d'info : http://www.great-project.eu
Partager :